Barrage Hollow Glen

Le lac des Montagnes, parfois nommé lac Mountains ou lac Beamish, situé dans le secteur Hollow Glen de la Municipalité de Chelsea constitue le point central d’un quartier résidentiel.  Plusieurs chemins municipaux bordent le lac orienté dans l’axe est-ouest et un certain nombre de résidences ont façade sur le lac et sont pourvues d’équipements lacustres. Le lac des Montagnes alimenté à l’est par l’exutoire du barrage Kelly, propriété de la Ville de Gatineau est retenu par le barrage Hollow Glen à l’ouest, propriété de la municipalité de Chelsea, et régularisé par le barrage Beamish, propriété de la succession Lyle Beamish, et le chemin Hollow Glen au nord-ouest, propriété de la municipalité de Chelsea.

Le barrage de l’époque, construit en 1960, était de type digue en terre de 181 mètres de longueur et 9,64 mètres de hauteur. Le barrage retenait, par une hauteur de retenue de 8,09 mètres, 1 468 335 m3  d’eau sur une superficie de 18,15 ha. Initialement, il était de forte contenance, de classe A et son niveau de conséquence en cas de rupture était « très important ».

En 2012, il a été démontré par deux firmes indépendantes, lors d’évaluation de la sécurité, que le barrage Hollow Glen construit en 1960 ne respectait pas les normes de sécurité minimales vis-à-vis des crues et vis-à-vis de sa stabilité. La Municipalité a donc été tenue d’agir afin de se conformer aux modalités de la Loi sur la sécurité des barrages.

 

En date du 16 avril 2013, la résolution 101-13 fut signée autorisant l’octroi du mandat de services professionnels d’ingénierie pour la conception et la surveillance des travaux de réfection du barrage Hollow Glen sur le lac des Montagnes. Suivant l’analyse de cinq soumissions, la firme d’experts CIMA + s’est vu attribuer le contrat. La gestion du barrage Hollow Glen avait été assignée à la Municipalité lors d’une entente intermunicipale signée le 9 avril 2013 avec la MRC des Collines-de-l ’Outaouais.

Voici la liste des corrections apportées au barrage par l’entrepreneur en charge dans le cadre de son mandat de réfection de 2014 :

  • Ajout d’une berme filtrante sur le parement aval du barrage dans la zone des exfiltrations observée;
  • Ajout d’enrochement sur le parement aval du barrage;
  • Nettoyage de la végétation en crête;
  • Installation d’un pertuis en béton et d’une vanne de 5 m de largeur;
    • Afin de pouvoir maintenir un niveau normal d’opération à 103,0 m.
  • Installation d’un tablier (pont acier-bois, dalle de béton) au-dessus du pertuis;
  • Correction de la géométrie au site de l’évacuateur;
  • Aménagement du canal d’amenée;
  • Installation d’une estacade;
    • Une estacade à l’entrée du canal permet de retenir et de collecter les débris et protège les embarcations pouvant s’approcher de la vanne.

Niveau d’opération historique :                              102,95 m

Niveau d’opération normal prévu :                        103 m

Niveau maximum d’opération (en crue) :            103,6 m

Niveau de la crête :                                                      104,2 m

Revanche minimale acceptable :                            0,6 m

Crue de conception (récurrence) :                          1000 ans

Crue de conception (débit max. entrant)             29,2 m3/s

Crue de vérification (récurrence) :                          10 000 ans

Crue de vérification (débit max. entrant)             45,9 m3/s

Le bassin versant du Lac des Montagnes est caractérisé par deux zones distinctes. Au nord, le parc de la Gatineau est marqué par l’escarpement d’Erdley. Cela consiste en une colline abrupte avec un plateau au sommet. Cette zone est principalement boisée. Le pourtour du lac et le sud du bassin versant est situé dans une plaine plate. C’est une zone principalement agricole. Le bassin versant a une superficie totale de 17,5 km2.

Depuis l’acceptation finale des travaux de réfection en juillet 2016, l’opération et l’entretien de l’usine sont contrôlés par la municipalité. Chaque année, deux inspections sont effectuées pour s’assurer du bon fonctionnement du barrage. Jusqu’en 2018, CIMA + s’occupait de faire les inspections. Les prochaines inspections seront effectuées par la municipalité.

Le barrage fonctionne présentement de façon automatique pour maintenir un niveau d’eau sécuritaire de 103,0m à l’exception des périodes de crues exceptionnelles ou la fonction manuelle peut être employée pour abaisser le niveau des eaux en amont.

 

Suivant les dernières recommandations de CIMA +, des travaux d’entretien sont demandés pour maintenir le barrage aux normes. Ces travaux seront effectués au printemps-été 2019. Voici la description des travaux :

  • Réparations du gabion et du remblai au droit du tuyau de drainage de 450mm de diamètre;
  • Combler les tranchées et cavités d’enrochement;
  • Travaux de canalisations.

Pour information
Service des travaux publics et des infrastructures