Réclamations

Si vous prétendez avoir subi des dommages causés par un acte fautif de la Municipalité de Chelsea, vous devez transmettre à la Municipalité un avis de réclamation écrit dans les quinze jours de la date de l’événement, en vertu de l’article 1112.1 du Code Municipal. Vous devez utiliser le formulaire municipal prévu à cet effet.

 

Accéder au formulaire de réclamation 

 


PROCESSUS
 

Lorsque vous faites un avis de réclamation, un accusé de réception vous est transmis. 

 

Enquête

Il vous appartient de prouver que vous avez subi un dommage et que celui-ci a été causé par un acte fautif de la Municipalité.

Selon  le  type  de  réclamation,  un  représentant  de  la  Municipalité  ou  de  ses  assureurs  pourrait communiquer avec vous, au besoin, pour obtenir plus de renseignements dans le cadre de l’analyse de votre dossier.

 

Décision

Trois décisions sont possibles :

  1. l'acceptation de votre réclamation et le paiement de celle-ci;
  2. des négociations suivies d'une offre de règlement;
  3. le rejet ou le refus de votre réclamation.

Vous pouvez accepter ou refuser la décision de la Municipalité ou de ses assureurs.

 

Après la décision

Si votre réclamation a été acceptée, un chèque sera émis par la suite.

Si vous refusez l’offre de règlement ou si vous n’êtes pas satisfait de la décision, des recours judiciaires vous sont aussi possibles.

Prenez note qu’il est de votre responsabilité de voir à respecter les délais de prescription prévus par le Code Municipal et le Code civil du Québec. Ainsi, vous devez entreprendre des procédures judiciaires dans les six mois de la survenance de l’événement pour tout dommage matériel et de trois ans pour tous dommages corporels ou psychologiques.

À noter que les négociations avec la Municipalité n’ont pas pour effet d’interrompre les délais de prescriptions.

 

1112.1. Nulle action en dommages-intérêts n’est intentée contre la municipalité à moins qu’un avis préalable de 15 jours n’ait été donné, par écrit, de telle action au secrétaire-trésorier de la municipalité, et à moins qu’elle n’ait été intentée dans un délai de six mois après la date à laquelle la cause d’action a pris naissance. Cet avis peut être notifié par poste recommandée, et il doit indiquer les noms et résidence du réclamant, ainsi que la nature du préjudice pour lequel des dommages-intérêts sont réclamés, et il doit être donné dans les 60 jours de la cause d’action.
____________________________________________________
2010, c. 18, a. 55; N.I. 2016-01-01 (NCPC).

1127.1. Malgré toute loi générale ou spéciale, aucune municipalité ne peut être tenue responsable du préjudice résultant d’un accident dont une personne est victime, sur les trottoirs, rues, chemins, voies piétonnières ou cyclables, en raison de la neige ou de la glace, à moins que le réclamant n’établisse que l’accident a été causé par négligence ou faute de la municipalité, le tribunal devant tenir compte des conditions climatiques.
______________________
2010, c. 18, a. 56.

1127.2. La municipalité n’est pas responsable du préjudice causé par la présence d’un objet sur la chaussée ou sur une voie piétonnière ou cyclable.
Elle n’est pas non plus responsable des dommages causés par l’état de la chaussée ou de la voie cyclable aux pneus ou au système de suspension d’un véhicule.
______________________
2010, c. 18, a. 56

1127.3. La municipalité n’est pas responsable du préjudice résultant de l’absence de clôture entre l’emprise d’une route, d’un chemin de front ou d’une voie piétonnière ou cyclable et un terrain contigu.
______________________
2010, c. 18, a. 56

1127.4. La municipalité n’est pas responsable, pendant toute la durée des travaux, du préjudice causé par la faute d’un constructeur ou d’un entrepreneur à qui des travaux de construction, de réfection ou d’entretien ont été confiés.
_____________________
2010, c. 18, a. 56

Pour information
Direction générale