Un animal sauvage est un animal qui vit en nature et qui survit par ses propres moyens, sans l'aide de l'humain.

Afin de mieux cohabiter, l'équipe de l'environnement vous invite à découvrir différents trucs et astuces et à en apprendre d'avantage sur : 

 


LE CASTOR
 

castor_image.texte_VF.png

 

Le castor, véritable ingénieur, est capable de construire une digue (barrage) et une hutte (maison) en abattant les arbres adjacents au plan d’eau dans lequel il vit. La construction d’une digue permet de créer des étangs assez profonds qui ne gèlent pas, ce qui permet au castor de poursuivre ses activités lors de la saison hivernale. La hutte quant à elle comprend une aire de repos, d’alimentation, une source d’air frais et généralement deux sorties.

Le castor se fait des réserves de matière ligneuse (branches, écorces) qui lui permettent de s’alimenter tout au long de l’hiver. Ce rongeur mange aussi des racines, des tiges épaisses de plantes aquatiques et des plantes herbacées pendant l’été.

Les castors sont monogames (ensemble pour la vie) et s’accouplent généralement en janvier/février. La naissance des petits a lieu après 100 jours de gestation, soit en mai/juin. Les jeunes restent avec leurs parents entre 2 et 3 ans pour ensuite migrer le long du cours d’eau ou sur la terre pour se trouver un partenaire et un habitat convenable pour construire leurs propres huttes et digues.

 

Les responsabilités des propriétaires riverains
 

La MRC des Collines-de-l’Outaouais a le mandat d’assurer le libre écoulement des eaux des cours d’eau sur son territoire. Selon le Règlement 152-10 de la MRC des Collines-de-l’Outaouais, les propriétaires sont responsables du libre écoulement des eaux des cours d’eau traversant leur terrain. Cet écoulement peut être modifié ou freiné par le travail du castor, ainsi il est important de bien surveiller et implanter des méthodes de contrôle lorsque nécessaire.

Vous pouvez consulter le Guide pratique du libre écoulement des eaux des cours d’eau de la MRC des Collines-de-l’Outaouais, qui explique les responsabilités des propriétaires ainsi que les méthodes de contrôle permises, et le Règlement 152-10.

 

Trucs et astuces
 

Arbres et arbustes à privilégier

Plantez seulement des espèces indigènes qui ne sont pas attrayantes pour le castor : 

  • Myrique baumier (Myrica gale)
  • Kalmia à feuilles étroites (Andromeda glaucophylla)
  • Ledo du Groenland (Ledum groenlandicum)
  • Comptonie voyageuse (Comptonia peregrina)
  • Spirée à large feuilles (Spirea grandifolia)
  • Mélèze laricin (Larix laricina)
  • Thuya occidental «cèdre» (Thuja occidentalis)
  • Pruche du Canada (Tsuga canadensis)
  • Sapin baumier (Abies balsamea)
  • Épinette sp. (Picea sp.)
  • Pin sp. (Pinus sp.)
  • If du Canada (Taxus canadensis)

 

Évitez de planter: 

  • Peuplier faux-tremble (Populus tremuloides)
  • Saule sp. (Salix sp.)
  • Aulne sp. (Alnus sp.)
  • Rosiers, cerisiers, cornouillers, amélanchiers, sorbiers, etc. (arbustes à petits fruits)

 

Végétalisez les accès du castor

En végétalisant votre bande riveraine, vous rendez les accès du castor moins invitants et plus difficiles à naviguer. Le castor devra travailler plus fort pour faire glisser le bois dans une bande riveraine bien végétalisée que sur une bande riveraine de pelouse. 

 

Installez des grillages métalliques

Installez un grillage de métal galvanisé avec des mailles d'au plus 5 cm. Le grillage devra faire au moins un mètre de hauteur afin d'éviter que le castor ronge l'arbre au-dessus de votre gillage. 

Dépliant - Vivre en harmonie avec le castor FR EN.jpg


L'OURS NOIR

 

ours.noir_image.texte.png

 


Saviez-vous que ? 
 

  • Certaines activités humaines attirent les ours et peuvent influencer leur sortie de forêt? 
  • Les ours ont une mémoire d'éléphant en ce qui a trait à l'emplacement des sources de nourriture?
  • En règle générale, l'ours redoute la présence des humains, et seulement en de rares occasions, devient agressif et dangereux? 

 

Généralités
 

Les ours ont besoin d’une grande quantité de nourriture durant la saison estivale afin de se faire des réserves de graisse qui les aideront à passer en douceur les cinq mois d’hiver à somnoler au fond de leurs tanières. Les déchets de table et les mangeoires d’oiseaux bien garnies représentent une source concentrée et énergétique. L’ours se sert de son odorat particulièrement développé pour chercher de la nourriture en dépensant le moins d’énergie possible. Si la nourriture est facile à obtenir, l’ours y prendra goût au dépend de sa propre sécurité ou de celle des humains exaspérés par sa présence. C’est là que commencent les problèmes.

 

Trucs et astuces si vous remarquez la présence régulière d'un ours sur votre propriété
 

Si tel est le cas, vous pouvez appliquer une petite quantité de chaux dolomitique dans vos sacs et conteneurs et laver ceux-ci régulièrement. Il est également fortement recommandé de mettre vos ordures à l’extérieur la journée même de la collecte. Entre temps, vous pouvez les entreposer dans des contenants à l’épreuve des ours ou dans un endroit fermé.

Si tel est le cas, vous pouvez déplacer vos mangeoires à oiseaux dans un endroit où elles seront inaccessibles (p.ex. suspendues dans un arbre). Également, vous pourriez les substituer pour des bains d’oiseaux et une variété de fleurs, qui s’avèrent tout aussi efficaces pour les attirer dans votre cour. Veuillez noter qu’il serait préférable de ne pas nourrir les oiseaux entre les mois d’avril et de novembre afin d’éviter les ennuis.

Les grilles du barbecue devraient être nettoyées périodiquement pour empêcher la propagation des odeurs et les aliments déposés au fond devraient être cuits entièrement. Le barbecue devrait être mis à l’abri des vents dominants et rangé sous une housse ou dans la remise.

Un compost effectué correctement ne devrait pas avoir d’odeurs. Les fruits entiers ne devraient pas être mis dans le composteur si vous vivez dans une zone problématique. De plus, si vous possédez des arbres fruitiers, les fruits devraient être récoltés dès leur maturité et ceux tombés par terre, ramassés. Enfin, la nourriture de votre animal domestique devrait être placée dans un endroit inaccessible à l’ours.

 

Si un ours rôde dans les parages suite à l’application des recommandations précédentes, des mesures particulières, telles que la disposition d’une cage afin de déplacer l’ours vers un nouveau territoire, pourraient être entreprises. Un agent de la conservation de la faune pourrait également évaluer les meilleures alternatives à votre situation.

Un ours menaçant ou qui cause des dommages à une propriété ne peut être abattu que si tous les moyens pour l’effaroucher ou l’empêcher de causer des dégâts ont été pris (articles 67 et 68 de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune).

 

Besoin de renseignements?
 

Consultez le site du Ministère des forêts, de la faune et des parcs (MFFP) du Québec  ou leur fiche sur l'ours noir.

 

En cas d'urgence, communiquez avec: 

  • S.O.S Braconnage: 1-800 463-2191 (ouvert jour et nuit)
  • Protection de la Faune: 819 246-1910 (jours de semaine)
  • Commission de la capitale nationale (CCN): 819 239-5353, si l'ours est à l'intérieur du Parc de la Gatineau

LA TIQUE
 

tique_image.texte.png

La tique du cerf (Ixodes scapularis) est un insecte que l’on retrouve en Outaouais Celle-ci peut piquer les animaux à sang chaud (ex. humains) et transmettre certaines maladies et infections telles que la maladie de Lyme.

Plusieurs tiques du territoire de Chelsea ont été analysées et confirmées comme étant porteuses de cette maladie.C’est pourquoi il est important d’apprendre à reconnaître la tique du cerf,prendre certaines précautions avant et après vos activités en nature et connaître la procédure en cas de piqûre.

 

Reconnaître la tique du cerf
 

La tique du cerf est un insecte qui se reconnaît à sa tête et ses pattes noires ainsi qu’à son dos et son abdomen roussâtre. Elle mesure entre 1 et 3 mm et les femelles peuvent tripler de volume lorsqu’elles se gorgent de sang. Lorsqu’elles le font, elles prennent également une teinte gris bleuté et sont alors plus faciles à repérer.

 

Précautions à prendre en plein air :

  • Porter un chapeau, des vêtements longs et clairs ainsi que des souliers fermés lors de sorties en nature;
  • Entrez votre chandail dans votre pantalon et le bas de votre pantalon dans vos chaussettes ou vos bottes;
  • Appliquer un insectifuge contenant du DEET;
  • Inspecter votre corps, celui de vos enfants et vos animaux de compagnie au retour d’une sortie en nature.

À faire après l’activité en plein air :

  • Examiner votre équipement pour éviter d’introduire des tiques dans votre maison;
  • Mettre vos vêtements dans la laveuse (eau chaude, au moins 40 minutes) et/ou la sécheuse (haute température, au moins 60 minutes) pour éliminer les tiques.
  • Prendre une douche et examiner son corps.

 

Quoi faire en cas de piqûre?
 

  • Retirer les tiques en suivant le protocole proposé par le CISSS de l’Outaouais.
  • Placez la tique dans un contenant hermétique.
  • Prenez en note la date et le lieu ou la tique vous a piqué.
  • Consultez Info-Santé au 811
  • Consultez un médecin ou une clinique si vous présentez des symptômes de la maladie de Lyme dans les 3 à 30 jours suivant la piqûre.

Consulter la liste de symptômes du CISSS de l’Outaouais

Pour transmettre la maladie, la tique doit être infectée par la bactérie Borrelia burgdorferi. Le risque d’attraper la maladie est très faible si la tique reste accrochée à la peau moins de 24 heures, mais ce risque augmente si la tique y reste accrochée plus longtemps. Il est donc important de retirer la tique de la peau le plus rapidement possible.

 

Ressources
 

Pour information
Service de l'urbanisme et du développement durable